fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© DR/Coll. Moulin

Le fourgon à bagages du Train-Bleu, qui, après avoir été projeté en hauteur, est retombé en travers sur la première voiture-lits du rapide, dans laquelle se trouvait le contrôleur décédé. Au premier plan, on distingue les chaînes et les crochets de l’une des grues géantes.

19 novembre 1952. L’accident mortel du Train-Bleu

29 octobre 2020
- -
Par : Catherine Moulin. Merci à Marcel Moulin, mon père, pour les informations qu’il m’a communiquées et à Hervé Moulin qui m’a fourni les photographies de la catastrophe.

Un Train-Bleu percute un train de messagerie dans la Drôme

La femme et le fils du président de la République Vincent Auriol étaient passagers du Train-Bleu qui a percuté un train de messagerie à Saint-Rambert-d’Albon dans la Drôme.

“Le train de luxe n° 3 Calais – San Remo qui doit brûler la gare drômoise à 2 h 12 fonçait dans la nuit, fendant la neige qui tombait en abondance. (…) Derrière les rideaux tirés, les voyageurs du “sleeping” [sic] dormaient tranquillement bercés par le chant du rail et certains rêvaient d’une Côte d’Azur ensoleillée…” 1 Mais quelques heures plus tard, « le jour se leva sur le triste spectacle des rails tordus, des carcasses métalliques enchevêtrées, et des wagons éventrés »2. En pleine nuit, le 19 novembre 1952, dans une tempête de neige dantesque, le prestigieux Train-Bleu télescope un train de messagerie en gare de Saint-Rambert- d’Albon, au nord de la Drôme…

Lancé pendant l’hiver 1886-1887 par la Compagnie internationale des wagons-lits, le Calais-Méditerranée-Express amène dans un premier temps ses voyageurs jusqu’à Vintimille puis jusqu’à San Remo. À partir du 9 décembre 1922, il est doté de nouvelles voitures- lits en acier d’une couleur bleu foncé, selon la volonté du directeur de la Compagnie des wagons-lits, André Noblemaire, ce qui vaudra très vite au train de luxe l’appellation de Train-Bleu (qui devient son nom officiel en 1947). Si le choix de la couleur est une référence à l’uniforme des chasseurs alpins chez qui André Noblemaire a fait son service militaire, le bleu de la livrée est assimilé par l’opinion publique à la « grande bleue », la mer Méditerranée. Ce train de luxe qui transporte nombre de célébrités et une clientèle fortunée, est, pour beaucoup, « le plus beau train du monde », auquel rend hommage le célèbre restaurant de la gare de Lyon à Paris qui porte son nom.



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS