fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X

De gauche à droite : Renversement de situation ! Philippe Jean, L’Appel du maudit, Éditions J. Ferenczi et fils, 1950 (© CCGPF Fonds cheminot). ; Domrémy, Paris… aller et retour, Bayard, 1928. (© Docs CCGPF Fonds cheminot) et R. Lortac, Peau neuve, J. Ferenczi et fils, 1953.

1910-1960. Le chemin de fer dans les petits romans populaires

26 décembre 2019
- -
Par : Marie-Suzanne Vergeade

Intrigues policières, romances et drames en tous genres constituent la matière privilégiée des romans populaires que les voyageurs emportaient avec eux pour meubler les longues heures de voyages en train.

La littérature de diffusion populaire1 ou « paral-littérature »2, pour reprendre l’expression d’Alain-Michel Boyer, ne jouit pas d’une grande considération. Marc Baroli, auteur d’une thèse remarquée sur la place du train dans la littérature française n’évoque pas ce genre mineur3. Quant à Michel Chlastacz, en ciblant son étude sur les rapports entre le train et le roman policier, lui consacre un chapitre bien nourri4. Jugé à la fois vulgaire, racoleur et commercial, le petit roman s’avère une lecture distrayante que le voyageur achète au kiosque de la gare avant de monter dans son compartiment. Avec sa couverture souple et son format réduit5, il est pratique à transporter et bon marché, rapidement enfoui dans une poche, lu et parfois abandonné sur la banquette ou bien jeté à l’arrivée6. Il reste un compagnon de voyage des années 1910 aux années 1960.

Ses caractéristiques

Communément appelé « petit livre à deux sous », il est grossièrement relié ou agrafé, les pages défraîchies, devenues brunes avec le temps, se fendillent et l’encre peut avoir tellement pâli que certains passages en sont devenus illisibles. Il comprend en général une trentaine de pages (100 pages au maximum) et sa couverture assez clinquante se veut directe et efficace. Elle est traitée avec un grand réalisme et composée tel un instantané focalisant l’attention sur



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS