fbpx

Soyez au courant des nouveautés et des promotions exclusives

de la Boutique de la Vie du rail

en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

©Doc. Recherche SNCF/DR

Les « bulles » protectrices des trains, symbolisant le concept central d’Astrée, le « canton mobile déformable ».

1984-1996. Patrice Bernard, père d’Astrée

2 janvier 2020
- -
Par : Georges Ribeill

Un ingénieur visionnaire à la SNCF : « Sa vie et son oeuvre » (extraits)…

 

À l’heure de radiotransmissions fiables et à très grand débit, l’ingénieur des Télécommunications Patrice Bernard (1938-1996), nouveau venu à la SNCF en 1984, y invente Astrée, mise en oeuvre du principe du canton mobile déformable et prélude à la signalisation ferroviaire européenne unifiée du XXIe siècle. Mais outre Astrée, bien d’autres idées révolutionnaires jailliront du cerveau de ce polytechnicien, avec plus ou moins de succès, telles Commutor, RIHO et bien d’autres encore…

Préliminaire

Cette recherche a été facilitée par l’aide apportée par Jacques Rabouël, qui a travaillé de 1985 à 1989 sous la direction de Patrice Bernard au service de la Recherche, et qui acheva sa carrière d’exploitant à la SNCF en 2008. Chargé en son temps par Patrice Bernard de classer, dans son bureau, 45, rue de Londres, au 2e étage, toute la documentation qu’il y abandonnerait un jour, Jacques Rabouël s’est rendu récemment au centre d’archives de la SNCF au Mans, où sont maintenant conservés les dossiers en question, qu’il a retrouvés avec émotion.

J’ai personnellement connu Patrice Bernard, lors de recherches contractuelles engagées pour la SNCF, en m’intéressant à l’histoire de la recherche et des innovations au sein de l’entreprise. Il m’accueillait toujours avec chaleur pour des échanges de vues libres, prompt à dessiner sur un tableau sa dernière trouvaille technique, avant de m’interroger : « Qu’en pensez-vous ? » L’originalité de ses idées, leur excentricité même, son extrême fécondité intellectuelle, dénuées de tout entêtement, en faisaient un interlocuteur passionnant, dont les hauteurs de vues, le recul, contrastaient avec les idées souvent routinières, et les usages suivant les ornières de la coutume et de la tradition, dont peut aussi témoigner Jacques Rabouël et que nous allons illustrer ci-après par quelques exemples.



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS