fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • (c)DR/Photorail

    Dans les conditions météorologiques les plus difficiles, y compris sur la redoutable section de ligne Dôle-Vallorbe- Les Verrières, les rames TGV-PSE ont rapidement montré des capacités de résistance dont elles avaient déjà fait preuve lors des essais à grande vitesse en plaine d’Alsace, sous la neige, à l’hiver 1978-1979.

  • (c) C. Besnard/Photorail

    Longue et silencieuse attente précédant tout départ… Le mécanicien annote le carnet de bord de l’engin.

  • (c) C. Besnard/Photorail

    Croisement d’un TGV au franchissement du viaduc sur la Saône

À 260 KM/H EN TÊTE DU TGV

16 mai 2019
- -
Par : Philippe Hérissé

29 décembre 1981, Philippe Hérissé nous raconte minute par minute, kilomètre après kilomètre, l’un de ses premiers accompagnement à grande vitesse.

Une tournée avec un « TGViste » moucheron

Parmi les mécaniciens du dépôt de Lyon-Mouche, familièrement appelés « moucherons », les « TGVistes » participent avec leurs collègues parisiens à la conduite sur ligne nouvelle. Ici aussi, « faire l’heure », préoccupation de chaque instant pour tout conducteur, revêt souvent l’aspect méconnu de la performance quotidiennement réitérée. Voici le « film » d’une journée comme les autres… en tête du TGV 613.

Voie A en gare de Paris-Lyon : inexorable fuite du temps, les aiguilles d’une pendule de quai viennent d’abandonner leur indication de l’instant – 9 h 10 – et nous sommes un humide 29 décembre. L’éclairage fluorescent des abris parapluie se mire une ultime fois sur les quais, froids et trempés de la dernière averse. De lourds nuages reflètent encore le mauve-orangé des lueurs nocturnes de la ville. Le TGV 613 – départ 9 h 15 à destination de Lyon – attend sagement à quai, une « unité multiple » composée des rames 6 (menée) et 19 (menante). Quelques voyageurs retardataires s’installent promptement à leur place…

Deux techniciens du Matériel descendent de la motrice de tête où ils ont exceptionnelle ment procédé à des mesures de vérifications sur l’équipement de cab-signal 1. La cabine de conduite, climatisée, apparaît tel un havre de chaude quiétude, à l’obscurité découpée par les lumières blafardes des appareils de bord. Longue et silencieuse attente des minutes précédant tout départ… Le mécanicien du 613, René Moureau, conducteur de route principal (CRRUP) au dépôt de Lyon-Mouche, annote le carnet de bord de l’engin, où ne figure d’inscrit aucune restriction d’utilisation.



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS