fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © D. Duforest

    L’autorail X 241 dans sa livrée Blanc-Argent d’origine en gare de Romorantin le 14 octobre 1989.

  • © Doc. Soulé-Enertrans

    Une des deux versions du TFESE étudiées en 1982. Ci-dessus la version monocabine avec poste de conduite central sous kiosque et deux compartiments panoramiques.

  • ©M. Carémantrant

    Premier des trois A2E à être rénovés, l’X 97151 dans sa livrée façon XTER avec ses nouveaux aménagements intérieurs et sa cabine de conduite à Guingamp le 6 février 2001 .

Autorail léger. Utopie ou chimère des années 80 ?

30 janvier 2020
- -
Par : Georges Ribeill

Conçu pour circuler sur les lignes à faible trafic, l’autorail léger qu’incarna l’Autorail à 2 essieux Soulé-Enertrans (A2E) résume un problème permanent et son dénouement difficile, si ce n’est vain : la quête d’un mode d’exploitation et d’un matériel allégés, adaptés au « maillon manquant » dans la gamme des moyens de transport, entre l’autorail traditionnel et l’autocar. Après plusieurs années d’études et d’essais, l’A2E, condamné par les ingénieurs de la SNCF et interdit d’accès sur son réseau, roulera toutefois sur le réseau breton.

 

Un enjeu permanent, aujourd’hui réactivé

De manière récurrente, dès la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’à nos jours, s’est posée la question d’un matériel roulant et de règles d’exploitation appropriés à des lignes à faible trafic. Où les coûts d’exploitation pourraient être fortement réduits. Ainsi en janvier 2019, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne a chargé le préfet François Philizot de réaliser un diagnostic complet de ces petites lignes et de proposer des solutions au cas par cas. Son rapport est toujours attendu… L’année précédente, le président de SNCF Réseau Patrick Jeantet s’était attelé à la réalisation d’un « kit méthodologique pour la desserte fine des territoires », à l’adresse des élus régionaux, leur proposant un catalogue d’une cinquantaine de mesures dans lesquelles ils pourraient piocher1.

Le 30 septembre dernier, lors de l’inauguration de la ligne Bordeaux – Sarlat refaite après neuf mois de travaux sur le tronçon Bergerac – Libourne, le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a réaffirmé son attachement aux « petites lignes » rurales, affranchies du modèle des trains TER : « Il faut être inventif. On va par exemple développer des filières de trains plus légers et moins chers à fabriquer ». « Des trains plus légers », le terme « léger » est lâché… qui avait aussi fleuri dans les années 1980 ! Retour sur l’histoire du



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS