fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • ©14 mars 2014 ; Ingolf

    Première étape du bouclage de la ligne 1 du métro de Bruxelles, la station Clemenceau est restée longtemps en cul-de-sac, avant l’extension vers qui achève le tour de la Petite Ceinture.

  • Les premiers ouvrages du prémétro d’Anvers ont des dimensions généreuses comme ici à la station Meir (20 septembre 2016).

  • © D. Pirmann/Flickr

    Après la suppression prématurée des trams verts, Charleroi s’est engagé dans un désastreux projet de métro.

Belgique : le fiasco du métro

12 novembre 2020
- -
Par : Philippe-Enrico Attal

Au début des années 60, la Belgique s’engage dans une vaste modernisation de ses transports urbains. Les cinq principales villes du pays, toutes équipées de tramways, décident la construction d’un métro avec des projets qui tourneront à la catastrophe.

Au début des années 60, les transports publics sont condamnés à se moderniser ou à céder définitivement la place à l’automobile. Partout en Europe, des plans sont mis en oeuvre pour adapter les offres à la nouvelle donne de la forte croissance économique qui a suivi l’après-guerre. Cette période de plein-emploi voit les conditions de vie s’améliorer grâce à un pouvoir d’achat accru, même si le travail reste parfois très rude. Le mouvement est identique chez nos voisins, notamment en Belgique qui comme nous a fortement profité de la ressource charbon après guerre pour reconstruire le pays. La modernisation des outils de production est réalisée à marche forcée et en quelques années, les biens de consommation inondent le marché. Le crédit facile permet à chacun d’améliorer son quotidien et des besoins nouveaux apparaissent, vantés par la publicité. Parmi les biens les plus prisés, l’automobile se taille une part de choix. Chacun désormais peut se payer son propre véhicule, se « libérant » de la dépendance des transports publics.

Dans ce contexte, les exploitants sont confrontés à de nouveaux enjeux, avec une baisse du nombre de voyageurs aggravée par des conditions de circulation détériorées par l’accroissement du nombre de voitures. Le matériel roulant vieillissant ne satisfait plus une clientèle de plus en plus exigeante, notamment en termes de confort. Il devient urgent de procéder à une modernisation en profondeur des modes de transport pour éviter leur totale marginalisation.

C’est le constat qui est rapidement réalisé en Belgique dès le milieu des années 50 à mesure que la prospérité économique ouvre de nouvelles perspectives d’investissements.



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS