fbpx

Toujours à vos côtés
La Vie du Rail vous offre un abonnement numérique à

JE DÉCOUVRE !
  • Un buffet de chemin de fer en 1864

    Un buffet de chemin de fer en 1864 (peint par Droz, lithographie en couleurs de Regnier, Bettanier et Morlon).

  • 1870, invasion au buffet de Tours

    1870, invasion au buffet de Tours ©DR/Photorail

  • Terrasse de l’Hôtel du Buffet de Conflans-Jarny

    Terrasse de l’Hôtel du Buffet de Conflans-Jarny ©DR/Photorail

Deux siècles de buffets (1/2)

28 août 2019
- -
Par : Georges Ribeill

1re partie : Les gares de la malbouffe (XIXe siècle)

Buffet. Table toute dressée et servie, à la disposition des voyageurs, particulièrement dans les gares des chemins de fer. Salle où cette table est installée : Dans les buffets, l’on paye cher et l’on mange mal.” Dans son Grand Dictionnaire universel paru sous le Second Empire, signalant ainsi une acception récente du mot buffet, Larousse prononce ainsi un jugement catégorique et sans appel !

Les autres conseils à l’adresse des voyageurs ici recensés n’apportent pas un démenti quant à la qualité des repas servis dans ces gares avec « arrêt-buffet », proposés à des voyageurs qui disposent de 20 à 25 minutes pour quitter leur compartiment, gagner la salle du buffet, commander leur repas, et… l’avaler ! Seul Chaix, dans son Guide pratique paru en 1854, tient des propos plutôt neutres, intéressés à vrai dire1, puisque l’Indicateur et le Livret, ces précieux guides horaires dont il a le monopole « indiquent les stations munies de buffets, salles de rafraîchissement, où l’on trouve à prix modéré, boissons et aliments chauds ou froids, de quoi satisfaire aux estomacs les plus exigeants ». Il se contente de rappeler que « la qualité et le prix sont contrôlés par les compagnies ». En annexe, est donnée la liste des seules 40 stations où il existe alors des buffets2 et, à titre indicatif, le tarif unique pratiqué par les buffets de la Compagnie d’Orléans (voir page 39), les plus nombreux alors. Suivons donc chronologiquement ces conseils et avis…

Un plaidoyer pour un buffet . bord des trains (1858)

Eugène Delattre (1830-1898), avocat à la Cour impériale de Paris, opposant au Second Empire,

vitupère contre les buffets de gare, impatient de voir chaque train doté d’un buffet !

« La fatigue qui résulte nécessairement du voyage aurait dû, en bonne logique, être prise en considération pour allonger les temps d’arrêt aux gares principales possédant des buffets ; mais, outre que ces temps d’arrêt sont fort courts, l’habitude est d’en rogner un quart ou un cinquième. Faisons le décompte. Allons à Lille, si vous voulez bien ; nous nous proposons de déjeuner à Amiens. Le Journal des chemins de fer indique en effet 25 minutes d’arrêt, ce qui est suffisant pour les mâchoires habiles et bien fortifiées.



Sur le même sujet

  • Des céramiques témoins des débuts des chemins de fer britanniques

    05 mars 2020 - Mémoire

    Au XIXe siècle, la production britannique de céramiques célébrant les événements clés de l’histoire du chemin de fer a été extrêmement importante, variée et a pris de nombreuses formes telles...

  • ©VVV

    Des associations pour valoriser les viaducs

    27 février 2020 - Mémoire

    De la valorisation patrimoniale d’un pont ferroviaire au classement d’un ensemble européen, des associations engagées. Séparément, en 2016 et en 2018, deux associations sont créées pour la promotion des fameux...

  • ©DR/Photorail

    1932. Un réseau à l’écoute de ses clients…

    23 janvier 2020 - Mémoire

    Dans les numéros 46 et 47 de juillet-août 1932 de La Vie paroissiale d’Ézy & Saussay, l’abbé Desdouits, curé d’Ézy, relate une sortie de jeunes filles, le dimanche 10 juillet,...

  • ©A. Frich

    Deux siècles de buffets (2/2)

    05 décembre 2019 - Mémoire

    2e partie : Quand les chefs étoilés ressuscitent les buffets de gare Suite de notre article consacré aux buffets de gare (lire la 1re partie), tour à tour critiqués et plébiscités...

  • ©Coll. Champagne Mercier

    Du champagne sur les rails

    28 novembre 2019 - Mémoire

    Quand des caves de Champagne faisaient bon ménage avec le rail : la maison Mercier à Épernay En 1858, à 20 ans, Eugène Mercier fonde à Épernay une maison de...

  • © Doc RGCF

    Un train pour dépister la tuberculose

    07 novembre 2019 - Mémoire

    Un train avec un wagon radiologique circule de cité en cité pour dépister les agents tuberculeux. Conséquences de la guerre, la loi des 8 heures et la raréfaction de la...

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS