fbpx

Toujours à vos côtés
La Vie du Rail vous offre un abonnement numérique à

JE DÉCOUVRE !
  • Le viaduc en dentelle achevé, chemin de fer du Yunnan

    Le viaduc en dentelle achevé, vue d’ensemble © DR

  • Construction chemin de fer du Yunnan

    « La chenille humaine » ; les chaînes des deux treuils qui permirent la mise en place, ou « balancement », des arbalétriers le 16 juillet 1908, mesuraient 355 m pour 4 500 kg, il fallut pour les porter chacune 200 coolies © DR

  • Une des « américaines » des C.F.I.

    Une des « américaines » des C.F.I. (ainsi surnommées au Tonkin en référence au type légendaire 220, emblématique des USA). Quoique construites par la SCB et livrées jusqu’en 1909, les 20 220 de 30 t attribuées aux C.I.Y. leur étaient en tous points similaires, excepté le système de freinage. © DR

La mythique ligne du Yunnan (2/2)

19 septembre 2019
- -
Par : Frédéric Moeneclaey

Pour mémoire, la première partie de notre article sur la ligne du Yunnan se concluait par l’arrivée du rail le 1er février 1906 à Lao-Kay, à la frontière chinoise. Dès lors, problèmes de logistique et d’acheminement de la main-d’oeuvre étant résolus, les travaux avancèrent à un rythme accéléré. Ce sera donc « l’année charnière » du chantier qui sera le point de départ de cette deuxième partie retraçant son « heureuse » conclusion. Nous évoquerons bien sûr les prouesses que furent les fameux ponts « en dentelle » et « des arbalétriers », ainsi que le matériel et les aléas parfois tragiques ou réjouissants de son exploitation…

La poursuite et la conclusion du chantier

Lao-Kay ne fut atteint qu’en février 1906, avec 10 mois de retard sur le planning. Ce retard était dû à une multitude de défauts majeurs sur nombre de sections des 381 km de la portion tonkinoise – commencée dès 1898 –, imposant autant de reprises des travaux. Sur 110 déraillements survenus en 1906, 11 étaient imputables à une erreur d’aiguillage… Suite à ces graves carences, des réorganisations de chantiers eurent lieu en 1905 et 1908, même au Yunnan. Une fois franchis les 120 m du pont-frontière Lao-Kay/ Ho-Kéou, les convois pouvaient poser la voie (armée de rails de 25 kg/m, soit 52 092 t, sur traverses acier plus raccordements paraboliques) avec pour seule contrainte le relief tourmenté et instable ; l’ampleur des terrassements, effectués avec rigueur, ne pouvant naturellement pas contrecarrer la fureur des moussons d’été et autres séismes… Sur la portion chinoise seulement 10 km, dans la plaine de Mong-Tseu, seront rectilignes ! Les chiffres suivants témoignent des difficultés de la progression des travaux :

• 30 km en 1906, 1re année (PK 0 à 30),

• 45 km en 1907, 2e année (PK 30 à 75),

• 77 km en 1908, 3e année (PK 75 à 152),

• 268 km en 1909, 4e année (PK 152 à 420),

• 45 km en 1910, 5e année (PK 420 à 465).

Une fois les problèmes matériels et humains résolus, demeuraient les obstacles majeurs



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS