fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • ©DR

    Le projet d’électrification des lignes de chemin de fer sera abandonné, faute de financement, à l’arrivée de la crise économique de 1929.

  • ©DR/Coll. privée

    Du 17 avril au 31 décembre 1908 la gare d’Anjiro (Km 184) est le terminus du TCE en cours de construction.

  • ©TCE

    Pont de chemin de fer de Mahatsara sur l’Ivondro.

Les chemins de fer français à Madagascar. Une histoire contrarié (1e partie)

4 juin 2020
- -
Par : François Chauvin

Madagascar est sous administration française de 1895 à 1960. Les premiers repérages en vue de désenclaver la capitale par le chemin de fer Tananarive Côte Est (TCE) sont entrepris dès le lendemain de la prise de possession de la Grande Île. Et il ne se passe que six ans avant le lancement des travaux. Jusqu’en 1936, quatre lignes sont construites. Le relief accidenté et des choix techniques trop souvent ajustés au fil des chantiers, imposent des caractéristiques dures. Pour autant, ces infrastructures constituent jusqu’à aujourd’hui la base sur laquelle les autorités malgaches annoncent périodiquement une relance du ferroviaire.

En 1951, pour le voyageur qui désire découvrir la Grande Île rouge, par Constellation d’Air France, Orly est à 24 heures de Tananarive. Dans le dernier numéro de l’année de La Vie du Rail1, André Vercier, inspecteur de la France d’outre-mer, présente aux lecteurs un périple dont le but est « de mettre à la disposition des usagers une desserte de la région centrale (de Madagascar), avec des moyens de transport confortables qui leur permettent, tout en admirant les sites parcourus, de se rendre à l’extrême sud de l’île dans les délais les plus réduits ». L’itinéraire long de 1 111 km, parcouru en quatre jours, « est très accidenté ; son tracé, aux innombrables virages, s’accroche aux plus hauts versants de la chaîne centrale ; unique en pittoresque, il est particulièrement difficile pour les conducteurs ». En effet, seul le tronçon initial de la première étape Tananarive – Fianarantsoa (405 km) est parcouru en train : « Départ de la gare de Tananarive à 6 h en micheline Panhard, 20 places, fauteuils spacieux garnis de housses blanches. Ligne très accidentée : six tunnels, 26 ponts et viaducs sur 158 km. La voie serpente, cherchant son passage le long des vallées profondes



Sur le même sujet

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS