fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
laviedurail.com
©Guy Verrier

Contribution à la préhistoire du TGV – Les souvenirs de Guy Verrier, ingénieur de l’Équipement

8 décembre 2022
- -
Par : Georges RIBEILL

Âgé de 93 ans, Guy Verrier est l’un des derniers témoins privilégiés de la genèse du projet d’une ligne et d’un train dédiés à la grande vitesse, avant même de devenir l’un des projets confiés au service de la Recherche de la SNCF, le fameux projet « C03 ». C’est en tant qu’ingénieur d’études de l’infrastructure qu’il a participé à la concrétisation du projet, en étudiant notamment le tracé de la ligne à grande vitesse et les conditions techniques de sa réalisation, alors que la SNCF avait perdu ses compétences dans ces domaines depuis la reconstruction de son réseau après guerre. Il rappelle l’inspiration heureuse tirée des techniques autoroutières, jumelage des tracés et consistance des terrassements. Dans le système de la grande vitesse à la française, si LGV et TGV forment un ensemble technique étroitement intégré, il faut rappeler que la conception d’une LGV à la fois sûre et économique a été l’un des atouts essentiels pour obtenir l’accord des politiques.

 

1963, une embauche tardive à la SNCF

Je dois rappeler brièvement les débuts de ma carrière, jusqu’à ma nomination le 1er janvier 1968 à la direction des Installations fixes (DIF) de la SNCF. Passionné très jeune par les travaux publics, la lecture d’un Que sais-je ? (Les Grands Travaux de Pierre Devaux) et la visite du musée des Travaux publics ont beaucoup contribué à consacrer ma vocation. En 1945, l’adolescent de 16 ans que j’étais alors se voyait contraint de travailler, avec pour seul bagage, le brevet élémentaire. Au lieu d’entrer à la Caisse d’Épargne, comme prévu par mon entourage, je préférais être embauché comme auxiliaire au service des Ponts et Chaussées de Fontainebleau. Je savais que, grâce aux concours internes, cette administration offrait de belles possibilités de carrière, si on ne ménageait pas sa peine. En 1949, reçu adjoint technique et nommé au service de la Navigation de la Seine, je participais très activement à la construction de la piste de Brétigny jusqu’à fin 1952. En 1953, ingénieur des Travaux publics de l’État (« ingénieur TPE »), j’étais nommé au Service technique des phares et balises.

RETROUVEZ L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE DANS

Historail n°63

Vous êtes abonné à RAIL PASSRail Pass est la formule d’abonnement
100% numérique du Groupe La Vie du Rail.

- Accès à tous les numéros en cours et aux archives
des magazines du groupe La Vie du Rail
(Rail Passion, La Vie du Rail hebdo et mag et Historail)

- Accès à toutes les vidéos en cours
et aux archives de Rail Passion.

Soit près de 1 000 numéros et 150 vidéos !
En savoir plus
ou vous avez acheté ce numéro ?
Connectez-vous pour pouvoir lire ce numéro en ligne.



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 9 décembre 2022 13 h 22 min

    Avec le développement de l’automobile, des premières autoroutes et surtout des liaisons aériennes intérieures grâce à la création d’Air Inter, apparaissait dans les années 1960 une concurrence directe au trafic voyageur de la SNCF.
    Forts des records de vitesse sur rail de 1955 et de la première exploitation commerciale à 200 km/h sur la ligne Paris-Toulouse entre Orléans-Les-Aubrais et Vierzon, les dirigeants de la SNCF ont bien perçu dès cette époque que le chemin de fer avait des atouts pour défendre ses positions sur ce marché des transports intercités, et que la durée des voyages serait déterminante pour l’avenir.
    Et, petit à petit, le projet TGV (c.-à-d. une admirable légende ferroviaire des temps modernes) a commencé à prendre forme et à se transférer sur les rails.

    Répondre

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS