fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
laviedurail.com

Un conducteur sur une 060-DB en juin 1957. ©F. Fénino / photorail

DES MACHINES ET DES HOMMES La trépidante histoire des cabines de conduite

20 mai 2022
- -

Quel lecteur d’Historail n’a pas un jour rêvé de pouvoir conduire un train ? On imagine même volontiers que son rêve privilégierait les trains du passé. Ceux qui transportèrent ses aïeux ; ceux qu’il croisa lui-même dans sa plus tendre enfance ; ou bien ceux, davantage contemporains, qu’il aura empruntés plus tardivement dans sa vie. Pourtant, selon l’époque choisie, ce rêve risque de se dérouler dans des espaces de formes, de couleurs, et avec des bruits, des vibrations et des odeurs totalement différents. Quand l’électrique et le diesel ont remplacé la vapeur, les cabines de conduite se substituèrent à l’abri. Et elles n’ont ensuite jamais cessé de muer, au fil des avancées de la technologie comme des exigences toujours croissantes en matière de sécurité et d’ergonomie. Voyage sur les rails du passé, dans le trépidant univers des cabines…

Aux origines des chemins de fer, l’équipe de conduite prenait place sur une simple plateforme ouverte à tous les vents. Afin de protéger les hommes des intempéries, les locomotives des générations suivantes furent, petit à petit, dotées d’un « abri ». Le terme a étrangement subsisté jusqu’à aujourd’hui, y compris pour les machines à vapeur les plus récentes, tant le confort offert y était rudimentaire. Par contre, les premières locomotives électriques avaient déjà droit à une « cabine de conduite ». Mais quelle que soit la terminologie attachée à leur espace de travail, les missions dévolues aux hommes demeuraient fondamentalement les mêmes. Elles transcendent d’ailleurs le seul mode ferroviaire. De fait, « action » et « contrôle » ont toujours été les deux maîtres-mots dans la conduite de tout engin terrestre, comme d’ailleurs dans le pilotage d’un aéronef. Généralement indissociables, ces deux temps successifs forment une dualité. Le second suit souvent le premier, mais l’ordre est parfois inversé. Ces temps s’organisent en séquences, qui vont rythmer l’essentiel de l’activité des opérateurs concernés.

Au chemin de fer, dans la cabine de conduite d’un engin moteur, cette dualité s’est toujours traduite par la présence de deux catégories bien distinctes d’objets. Dans la première, relative à l’action, il s’agit des « appareils (ou organes) de commande » ; et dans la seconde, relative au contrôle, ce sont les « appareils de mesure » et les « lampes de signalisation » (ici, le terme « signalisation » est à comprendre au sens de « signalisation d’un état ou d’une anomalie », et n’intéresse pas – loin de là – que la seule signalisation ferroviaire stricto sensu). Cela dit, la réalité ne saurait être aussi binaire. Si l’une des tâches premières du conducteur consiste en l’observation des signaux et de la voie, ainsi qu’en celle de l’état de son engin moteur et de son train, c’est entre observation et action que vient s’insérer la cruciale prise de décision, qui fera toujours, au demeurant, la noblesse du métier.

À main gauche les rênes du cheval, et à main droite la manivelle du frein

Sur un engin moteur, les appareils (ou organes) de commande vont servir à agir sur la traction, le freinage, ou les auxiliaires. Quant aux appareils de mesure, ils comprennent traditionnellement les indicateurs-enregistreurs de vitesse, les manomètres, les ampèremètres, les indicateurs d’effort en traction ou en freinage, ou encore les compte-tours. S’y ajoutent, pour la fonction contrôle, les lampes de signalisation. Enfin, le tout est complété par des équipements chargés d’assurer l’interface entre la signalisation ferroviaire et le conducteur. Bien évidemment, la digitalisation conduit toujours davantage aujourd’hui à afficher sur des écrans les indications fournies par ces appareils de mesure.

L’ordonnancement de ces différents objets dans l’environnement de l’opérateur n’a jamais été le fruit du hasard. Pour les appareils de commande, un choix fondateur, d’une irréfutable logique, s’est ainsi opéré dès la fin du XIXe siècle.

RETROUVEZ L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE DANS

Historail n°61

Vous êtes abonné à RAIL PASSRail Pass est la formule d’abonnement
100% numérique du Groupe La Vie du Rail.

- Accès à tous les numéros en cours et aux archives
des magazines du groupe La Vie du Rail
(Rail Passion, La Vie du Rail hebdo et mag et Historail)

- Accès à toutes les vidéos en cours
et aux archives de Rail Passion.

Soit près de 1 000 numéros et 150 vidéos !
En savoir plus
ou vous avez acheté ce numéro ?
Connectez-vous pour pouvoir lire ce numéro en ligne.



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 21 mai 2022 1 h 52 min

    Ceux (ou celles) qui ont la plupart du temps rêvé de devenir conducteur (ou conductrice) de train et ont dû abandonner leur doux rêve persistant plus tard dans la vie pour plusieurs raisons, ont toujours eu la merveilleuse possibilité d’être le maître de leur propre réseau de trains miniatures en conductant avec habileté à la fois les engins ferroviaires du passé et du présent. Bien sûr, ce n’est pas la même expérience et ne le sera jamais! Mais c’est largement mieux que rien!

    Répondre

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS